Vous etes sur la page cherchee: Accueil › Visites de grottes › Visites de grottes

Visites de grottes

LA GROTTE DE TECURI

LOCALISATION ET VOIES D’ACCES. La grotte de Tecuri est située dans le Sud-Ouest des Montagnes Sebes, sur le versant gauche de la vallée supérieure de Strei, dans la proximité de la ligne de contact entre le cristalin et les calcaires, à une altitude de 926m. Le chemin jusqu’à la grotte poursuit un sentier qui commence à l’extrémité Nord du village Crivadia. Après un chemin forestier de 8 km environ, par-dessus le basin versant, au milieu d’une zone boisée, s’ouvre l’entrée type aven.

DONNEES HISTORIQUES. La grotte a été découverte par un habitant au début du XX-e siècle. Pendant les premières exploitations forestieres, on a construit le premier escalier qui servait aux travailleurs à sortir de l’eau de la grotte.

Les recherches scientifiques ont débuté en 1952, avec les etudes de Val. Puscariu et T.Orhidan et puis de M. Dumitrescu, T. Orghidan, Val. Puscariu et J. Tanasachi, de l’Institut de Spéologie. Ils ont réalisé le prmier plan de la grotte.

DESCRIPTION. A la base du puits d’entrée, de -12m, deux galeries commencent – la galerie principale et la galerie du lac – qui ont ensemble une longueur de485m. La dénivélation totale de l’aven esr de 49m.

La galerie principale, orientée SOuest-NEst, commence par un couloir étroit, de 2-3m, haut de 1-10m qui coninue et change de dimensions: large de 6-10m, haut de 12-13m. Le plancher en calcite est descendent, avec des gours à la marge, les murs ayant de beaux écoulements formations de stalagmites.

La seconde galerie qui part de l’aven, la Galerie du Lac, est orientée vers le Sud et, sur son parcours, on trouve une sale large de 20m, occupée par un lac dont la profondeur, au niveau bas, est de 2,5m. Quand le niveau est plus élevé, le siphon de l’entrée reste sous l’eau. De la sale du lac, la galerie fait une ramification vers le Sud et une autre plus courte vers l’Ouest-NOuest. Dans la branche du Sud il’y a un puits qu’on a réussi pénétrer jusqu’à la profondeur de 35m.

La presence permanente du lac, avec des variations de niveau, prouve que la grotte de Tecuri garde encore la liaison avec le réseau d’eau souterraine.

La galerie principale est riche en concrétions, constituées d’écoulements pariétaux, domes, stalagmites, stalactites, rideaux, formations choraliformes, phénomènes dûs, principalement, à l’eau d’infiltration.

L’humidité est de 100% dans la galerie du lac et de 90% dans le reste de la grotte. La temperature de l’air est variable sur la galerie principale: 5-7 degrés.

Dans la galerie principale on a trouvé le coléoptère troglobionthe endémique Sophrochaeta dacica.

Aucune exploration entreprise n’a pas donné la chance de rencontrer des colonies de chauves-souris. Une très petite quantité de guano de la petite salle ascendente, près de l’entrée dans la galerie principale, suggère le passage occasionnel d’un petit nombre de chauves-souris.

CODITIONS POUR LA VISITE. La grotte a été declare monument de la nature en 1954 et fermée au public, par des portes métaliques. A present , elle est classifiée comme grotte de la cathégorie B; pour la visiter, il faut annoncer par avance l’Administration du Parc Naturel Gradistea Muncelului – Cioclovina






LA GROTTE SURA MARE

 

APPELATION SYNONYME. La Grande Grotte de Ohaba Ponorului.

LOCALISATION ET VOIES D’ACCÈS. Sur le cours souterrain de proportions monumentales de la Vallée Ohaba, Sura Mare s’ouvre à la base du versant ''Fruntea Mare '' / le ''Grand Front '', à 500m environ, au Noed-Est de la localité Ohaba (dept. Hunedoara ), à une altitude de 460m (Bassin de Strei).

L’accès sur le chemin de fer est possible par la halte Ponor (course Petrosani-Simeria). De ce point, on monte environ 500m sur le secteur de quais de la Vallée Ohaba – chemin très difficile quand les eaux sont accrues – et l’on arrive à l’entrée de la grotte.

DONNEES HISTORIQUES. Les premiers explorateurs de l’entrée de cette grotte ont été Toma Ienciu et Schadler, en 1929.

I.Gherman parcourait, quelques ans plus tard, 700m environ, à l’aide d’une barque; il faisait publique la description de son parcours en 1934.

En 1950, T. Orghidan et R. Codreanu, suivant les informations données par Val. Puscariu, arrivent à l’entrée de Sura Mare et tentent, sans succès, le passage par-dessus les grands blocs calcaires, de centaines de tonnes, tombés du plafond, qui obturait, aprèsle premier lac, l’entrée dans la vallée souterraine. En 1954, D. Dumitrescu, J. Tanaschi et T. Orghidan réussisaient à explorer, en se servant d’un canot pneumatique, une portion de 900m du cours souterrain, laissant comme preuve le schéma de ce parcours. En 1963, T. Orghidan et I. Bostan, en se servant d’un équipement simple, combinaisons sous-marines et caméras pneumatiques d’automobile, arrivaient à 1800-2000m distance de l’entrée; et l’effort est récompensé par de belles concrétions, de grandes dimensions – baldaquins à forme de champignons – qui barraient l’accès de lieu en lieu. En 1967, M. Dumitrescu et ses colaborateurs publiaient la description des premiers 1000m explorés.

Les expéditions roumaines – yougoslaves (1967) et roumaine – anglaise (1968 et 1969) arrivent jusqu’à un lac siphon, exploré jusqu’à 30 m profondeur, mais qu’on ne peut pas dépasser. A cette occasion, on réalise la première carte complète du cours actif accessible jusqu’à nos jours. Après l’apparition et le développement du mouvement des spéologues amateurs dans notre pays, les données sur cette grottes sont devenues plus nombreuses (y inclus une carte illustrant plus de 6 km de galeries)

DESCRIPTION: Le cours souterrain actif de la Vallée Ohaba a été creusé sur les lignes de deux fractures parallèles, trouvées à presque 1 km l’une de l’autre. Ces lignes représentent, en même temps, le contact entr Jurassique et Crétacique. A certains endroits, l’eau quitte l’une des gailles pour passer dans l’autre, par des diaclases élargies. Par conséquent, l’aspect général du cours est sinueux, le plafond très haut et les galeries étroites. L’entrée dans la grotte est impressionante, presque 40m hauteur et 12m à la base, un peu plus large en haut. La galerie active, unique, a 3143 m longueur.

On pénètre difficilement parmi les blocs énormes, après avoir, tout d’abord, traversé un lac de 20m longueur. On parcourt ensuite environ 120m de galerie, large de 8-10m, parmi de nombreux rochers, arrivant dans une première salle de grandes proportions (45/35m), au plafond haut de 40m. Le mur du Nord de la salle (la rivage droit de l’eau) abrite une agglomération d’alluvions de 4-5m hauteur, parmi lesquelles on a trouvé des traces de céramique du Néolithique et des os d’animaux domestiques. De l’extrémité Est de la salle, la galerie du cours souterrain reprend son cours vers le Nord, étant parsemée de tourbillons dont la profondeur ne dépasse pas 2m (le plus long – 70m - en est Dorna Mare, situéà 420m distance de l’entrée). Entre les tourbillons, il’ya des portions de vallée souterraine ascendentes, qui pénètrenet difficillement à cause des nombreux blocs de pierre.

A presque 950m distance de l’entrée, sur le rivage gauche du ruisseau souterrain, apparaît un petit affluent permanent. Parcourant le premier kilomètre, le plafond maintient sa hauteur à 30-40m, à l’exception de Dorna Mare, où le plafond descend jusqu’à 2-3m. Au cours de ce premier kilomètre de galerie, les formation sont extrêmement rares. Après les premiers 1200m, des formations de calcite de grandes proportions apparaissent. A 2300m distance de l’entrée, on arrive dans la Grande Salle, où l’on trouve les plus beaux gours du pays. En amont, à environ 800m plus loin, un siphon profond arrête l’avance.


Sura Mare peut être considérée, par la complexité du système, par ses proportions et ses spéléothèmes, l’un des plus impressionnats phénomènes karstiques de la Roumanie. Ses vides souterrains sont apparus par la suite de l’activité du ruisseau Ponor, dont les sources se trouvent dans le cristalin de Sebes. En rencontrant la barrière de calcaire, dans le point appelé Lunca Ponorului, il ralentit son cours, il forme de nombreues méandres, avant de disparaître au souterrain.

Un autre point d’absorbtion du même système se trouve à Sud-Est de Lunca Ponorului, à une distance de 1.5 km du point nomé ‘’Fata Dealului’’. Utilisant des colorants – fluoresceine - T.Orghidan et M. Dumitrescu ont montré, à 17.VIII.1964, que les eaux de ce ruisseau rencontrent, dans le souterrain, les eaux du Ponor.

L’humidité dansla grotte est de 100%. La température de l’air est variable, de 8 à 10 degrés, et celle de l’eau de 7 à 9 degrés. On ressent les courants d’air sur tout le parcours des galeries.


Sur les plateformes il’y a du matériel transporté par l’eau et du guano provenant des chauves-souris.
Sura Mare est une grotte unique dans notre pays, elle constituant l’habitat pour les plus nombreuses colonies de chauves-souris en hibernation. La distance qu’il faut parcourir de l’entrée pour arriver aux colonies plus nombreuses est d’environ 350m. La colonie de Pipistrellus Pipistrellus, constituée de plusieurs dizaines de milliers d’individus, est, pour la zone tempérée, le seul exemple connu dans la littérature de spécialité. A des hauteurs plus grandes, on trouve aussi, sur les murs, des colonies de Miniopterus Schreibersi.
La faune de non-vertébrées est relativement riche dans la zone de l’entrée et pauvre sur les plateformes couvertes de guano. On y a découvert aussi une scarabée du genre Sophrochaeta et dans les sables alluvionnaires du cours souterrain un crustacé souterrain (Bathynella).


LA GROTTE CETATEA BOLII / LA CITADELLE DE LA MALADIE

 

 

APPELATION SYNONYME: Pestera Bolii / Grotte de la Maladie

LOCALISATION ET VOIES D’ACCES: La grotte se trouve près de l’arrêt de train Cetatea Bolii, entre Banita et Petrosani, à la confluence des rivières Jupaneasa et Balta Banitei.

Ouverte dans les calcaires jurassiques de la Colline de la Maladie, à une altitude de 720m,;a grotte représente un répartition hydrologique de la rivière Jupaneasa.

L’accès vers la grotte peut se faire ayant comme point de départ la gare et suivant le chemin ferré. Une autre variante serait le parcours des 300m, après avoir laissé en arrière la route en asphalte.

DONNEES HISTORIQUES: Les premières données historiques concernant cette grotte viennent de M. J. Ackner (1838). Une courte description de la galerie a été réalisée par A. Bielz (1881 si 1889). Teglas Gabor parle de cette grotte en 1902 et O. Floca en 1957.

DESCRIPTION: La grotte est formée d’un tunnel de 455m, ayant une différence de niveau de 2-3m entre l’insurgence et la résurgence. L’ouverture de l’insurgence est haute de 10m et large, à la base, de 20m, étant orientée vers l’Est – N-Est. Ieur. A l’intérieur de la grotte, le cours de l’eau se pousuit en méandres, la largeur maximale de la galerie étant de 45m, la hauteur de 10-12m.

La première terrasse, constituée du matériel aluvionnaire, apparaît tantôt sur un rivage, tantôt sur l’autre, ayant des dimensions de 20 cm – 50 cm.

La terrasse supérieure se trouveà 2-3m au-dessus du niveau de l’eau, en constitunt des plateformes avec le mur abrupte, couvertes d’argile fine mélangée avec du guano. Au niveau de cette terrasse, quelques diaclases s’ouvrent perpendiculairement sur le cours souterrain.

La faune actuelle est représent5e par quelques non-vertébrés. L’existence du guano sur les plateformes des profondeurs de la grotte prouvent le logement passagère des chauves-souris.